Défiscalisation : 5 dispositifs pour payer moins d’impôts

Beaucoup de contribuables sont en quête de solutions ou d’astuces pour payer moins d’impôts. Un allègement fiscal permet notamment de réinvestir l’argent économisé dans différents placements. Voici une liste de produits de défiscalisation très avantageux.

FIP et FCIP, produits de défiscalisation par excellence

Les fonds communs de placement dans l’innovation (FCPI) et les fonds d’investissement de proximité (FIP) sont des placements financiers proposés aux contribuables désireux d’investir dans les PME pour soutenir l’économie locale dans le premier cas ou investir dans les entreprises innovantes dans le second cas. Ces sociétés dans lesquelles le particulier investit doivent payer l’impôt sur les sociétés, se trouver dans l’Union européenne ou au moins en Islande et en Norvège et être non cotées. À noter que les règles de défiscalisation sont les mêmes pour chacun de ces produits. Pour le cas du FCPI, la réduction d’impôt est équivalente à 18% des sommes placées. Le plafond est de 2160 euros pour les personnes célibataires et le double pour les couples. Il en est de même pour le FIP.

La loi Pinel pour l’investissement locatif

Une autre loi favorisant la défiscalisation est la loi Pinel 2018 qui se substitue à la loi Duflot. Ainsi, les propriétaires qui achètent une maison qu’ils envisagent de louer entre 2016 et 2022 auront la possibilité de jouir d’une baisse d’impôt de 12, 18 et 21% de la valeur du logement neuf en question, et cela, sur une période de 6, 9 ou 12 mois. Il est important de noter que cet avantage fiscal ne peut pas être cumulé avec d’autres dispositifs de défiscalisation du type Malraux, Censi-Bouvard, Scellier ou encore Monuments Historiques.

Lire la suite …

Sous-louer un logement, une activité risquée

Trouver un appartement à louer est parfois si difficile dans les grandes villes qu’on hésite à le quitter même pour un déplacement de quelques mois. La sous-location de longue durée peut être une solution à condition de respecter certaines règles.

Bonne nouvelle : la sous-location n’est pas illégale, mais nécessite au préalable l’accord écrit du propriétaire. Si celui-ci l’accepte, le locataire reste titulaire du bail et le logement est occupé par le sous-locataire en échange d’une somme d’argent versée au locataire ou directement au propriétaire.

L’article 8 de la loi du 6 juillet 1989 qui fixe les règles en matière de rapports locatifs prévoit que le propriétaire doit aussi donner son avis sur le prix du loyer demandé. En effet, le locataire en titre ne peut pas demander un loyer supérieur à celui qu’il paye.

« En général, de crainte d’essuyer un refus ou de se lancer dans des démarches lourdes, les locataires ne demandent aucune autorisation », regrette Pascale Tardieu, fondatrice de la société d’administration de biens Gestion de l’Armorique. C’est souvent lors du paiement du loyer par un virement ou un chèque qui ne provient pas du compte du locataire habituel que l’agent immobilier ou le propriétaire se rendent compte de la présence d’un sous-locataire.

Lire la suite …

Comment financer sa première maison ? (Economie Magazine)

L’achat d’une maison est un projet partagé par un grand nombre de personnes, notamment ceux ne possédant que peu voir aucun patrimoine.

De ce fait, l’acquisition d’une résidence principale peut rapidement devenir un objectif principal pour nombre d’entre eux mais le financement du bien reste une question difficile, notamment pour les jeunes ménages. Afin de réaliser ce projet, comment financer sa première maison ?

Financer sa maison : une question difficile à aborder

Acquérir sa première maison est un projet ambitieux méritant une préparation sérieuse.

De ce fait, chacun des paramètres doit être pris en compte afin d’élaborer au mieux le projet (maison ancienne ou neuve, urbaine ou rurale, avec ou sans étages, etc.) pour que ce dernier corresponde aux attentes du ménage mais aussi à leurs moyens.

Si les premiers paramètres ne nécessitent qu’une réflexion du ménage, la question du financement est souvent la plus difficile à résoudre. Pour trancher cette question, la plupart des ménages se reportent sur leurs revenus et leurs capacités d’emprunt afin de déterminer un budget.

Ce budget va permettre d’acquérir le bien immobilier et éventuellement de couvrir des travaux si le bien ciblé par le ménage est ancien.

Lire la suite …

Ces technologies qui mettent l’immobilier en mouvement (Le Figaro)

Le secteur immobilier porte de plus en plus mal son nom. Visite, aménagement, paiement… découvrez ces innovations qui transforment votre rapport au logement.

Faire bouger l’immobilier, serait-ce une mission aussi délicate que celle d’un ministre de l’Éducation nationale qui rêvait jadis de dégraisser le mammouth? Visiblement non, si l’on en croit la multitude de start-up qui ne cessent de se créer autour de l’univers du logement et de la construction tandis que les acteurs historiques du secteur multiplient les initiatives autour de l’innovation. C’est ainsi que Bouygues dispose de son e-Lab, quand Vinci peut compter sur Leonard, sa «structure transverse dédiée à l’innovation et à la prospective» sans oublier le Nexity Lab ou encore le Maison des start-up chez Icade. Les réseaux d’agents immobiliers eux aussi s’y sont mis: après le partenariat signé par Orpi avec l’incubateur de la Silicon Valley Plug and Play, c’est la Fnaim qui vient de lancer son Fnaim Lab.

Lire la suite …

Comment les innovations immobilières vont vous simplifier la vie

Alors que s’ouvre à Paris le salon immobilier professionnel RENT consacré aux nouvelles technologies, le Figaro immobilier passe en revue les habitudes qui vont se généraliser grâce à des innovations très faciles d’utilisation.

Pour sa sixième édition, le salon professionnel RENT (Real Estate & New Technologies, immobilier et nouvelles technologies) rassemblera à nouveau ce qui se fait de mieux en matière de nouvelles technologies destinées à l’immobilier. Les 3 et 4 octobre, pas moins de 200 exposants et 5 000 participants devraient se retrouver sous la verrière de la Grande Halle de la Villette. Placé sous le haut patronage du président de la République, Emmanuel Macron, le salon 2018 fera la part belle aux visites virtuelles, à la 3D, aux nouveaux services en ligne et aux manières innovantes d’acheter et de vendre de la pierre. Un programme riche d’une trentaine de conférences permettra également aux visiteurs d’approfondir leurs connaissances des contours actuels d’un secteur en mutation. Il y sera notamment question des nouvelles pratiques des agents immobiliers américains ou de la signature électronique pour l’immobilier, mais on pourra aussi tenter de savoir si les Gafa vont disrupter l’immobilier ou encore identifier les data à connaître pour commercialiser efficacement des logements en ligne. Ces deux jours d’exposition seront également l’occasion de remettre trois prix: le Trophée de l’innovation de la FF2i, le prix de la start-up Rent Orpi et un prix académique Rent destiné aux meilleurs mémoires étudiants.

Les propriétaires craignent un retour du bonus-malus pour les logements

Alors que le débat parlementaire autour du projet de budget 2019 va bientôt s’engager, une association de propriétaires craint de voir resurgir le fameux bonus-malus pour les logements, idée défendue par l’ancien ministre Nicolas Hulot.

Dans le projet de budget 2019, le gouvernement n’a pas prévu de relancer l’idée de bonus-malus pour les logements privés, mise au placard avec la démission de Nicolas Hulot. Et pourtant, l’Union nationale des propriétaires immobiliers (UNPI) semble craindre de voir resurgir cette mesure. «Il semblerait que l’arbitrage n’ait pas eu lieu, ce qui a participé au départ de Nicolas Hulot, déclare Pierre Hautus, directeur de l’UNPI. À la Direction générale de l’aménagement, du logement et de la nature, on nous dit que ce n’est pas dans la matrice de François de Rugy (le ministre de la Transition écologique). Mais tout peut resurgir.» Le dirigeant de l’association prend l’exemple de la taxe sur les loyers fictifs. Bien que le gouvernement ait toujours démenti vouloir mettre en place cette mesure, l’idée que les propriétaires perçoivent l’équivalent d’un loyer théorique pour le logement qu’ils occupent a été récemment remise sur le tapis par l’Insee.

Lire la suite …

Logement : la loi durcit enfin le ton avec les squatteurs (Le Figaro)

La loi logement prévoit de supprimer le délai légal de deux mois dont bénéficient les squatteurs pour trouver un nouveau logement. Ces occupants illégaux ne seront également plus protégés par la trêve hivernale qui empêchait la police de les expulser.

C’est un discret amendement opéré par les parlementaires qui devrait redonner le sourire aux propriétaires. Jusque-là, les occupants illégaux pouvaient bénéficier d’un délai légal de deux mois, prévu par l’article L 412-1 du Codes procédures civiles d’exécution, «entre le commandement de quitter les lieux et la mise en œuvre effective de l’expulsion». La future loi logement, dans sa version actuelle, prévoit de le supprimer, comme le précise son article 58 ter voté par la commission mixte paritaire (composée de députés et de sénateurs). «C’est un vrai soulagement pour les propriétaires, explique Me Romain Rossi-Landi, avocat parisien. Le laxisme de la justice envers les squatteurs les écœurait et ne les incitait plus à louer leur logement».

Lire la suite …

Airbnb: locataires et propriétaires pourront se partager les revenus d’une sous-location (Huffington Post)

IMMOBILIER – Airbnb a signé un partenariat avec le réseau immobilier français Century 21 afin de faciliter les sous-locations à Paris, une collaboration inédite pour la plateforme mondiale de location temporaire.

Airbnb et Century 21, réseau immobilier qui appartient au promoteur Nexity, ont annoncé dans un communiqué qu’ils allaient “simplifier et faciliter la sous-location de logements”. “C’est la première fois qu’on a un partenariat de cette ampleur avec un agent immobilier, y compris dans le monde”, a expliqué ce 26 juin Emmanuel Marill, directeur d’Airbnb pour la France.

L’accord établit une répartition fixe des revenus, à laquelle il faut ajouter la commission d’Airbnb:

  • 70% pour le locataire
  • 23% pour le propriétaire
  • 7% pour Century 21, qui gérera les démarches administratives

Lire la suite…

Loi Elan: les squatteurs ne bénéficieront plus de la trêve hivernale (La Vie Immo)

Députés et sénateurs ont trouvé un accord sur une version commune du projet de loi Elan. Un amendement visant à faciliter certaines expulsions a été adopté.

La commission mixte paritaire qui s’est réunie le 19 septembre au Sénat sous la présidence de Sophie Primas (Les Républicains – Yvelines) est parvenue à un accord sur les dispositions restant en discussion du projet de loi portant évolution du logement, de l’aménagement et du numérique (Elan). En ce qui concerne le droit du logement, un amendement (amt 258 rect. ter – art. 58 ter) visant à faciliter les expulsions de squatteurs s’étant introduits frauduleusement dans un domicile a été adopté.

Désormais, les squatteurs ne pourront plus bénéficier de la trêve hivernale (entre le 1er novembre et le 31 mars) qui ne protégera désormais que les seuls locataires bénéficiant d’un bail. 

Lire la suite…

Qui sont les Français qui investissent dans l’immobilier locatif? (La Vie Immo)

Aujourd’hui en France, l’investisseur locatif est âgé en moyenne de 45 ans, vit en couple et dispose dans son ménage d’un revenu annuel médian de 71.100 euros, selon une étude du Crédit Foncier.

(LaVieImmo.com) – Qui sont ces particuliers qui ont franchi le pas de l’investissement locatif? Le Crédit Foncier a réalisé une étude qui dresse le portrait de l’investisseur locatif. Et il en ressort, tout d’abord, que ce propriétaire est âgé en moyenne de 45 ans. Dans le détail, 35% des investisseurs locatifs ont entre 40 et 50 ans, quand ils sont 27% entre 30 et 40 ans et 33% de plus de 50 ans. Parmi les moins de 30 ans, ils ne sont que 5%.

Ensuite, la grande majorité des investisseurs vit en couple. Ils sont 72% à être mariés, pacsés ou vivre en union libre. Et leur revenu annuel médian s’établit à 71.100 euros. Mais le Crédit Foncier précise qu’il existe des différences importantes selon les régions. “Le revenu annuel médian des investisseurs particuliers est ainsi supérieur en Ile-de-France (77.960 euros) de 10% à la moyenne nationale. En Auvergne-Rhône-Alpes (70.950 euros) le revenu annuel médian est quasi identique à la moyenne nationale. 

Lire la suite…