6 Aides financières pour vous aider à devenir proprio(Glamour)

Après avoir errer de studio en studio, le moment est enfin venu pour vous de vous installer dans votre propre nid douillet. Mais un achat immobilier demandant un effort financier considérable, un coup de pouce est toujours le bienvenu. Voici donc quelques aides qui vous permettront de boucler votre budget immobilier en un rien de temps.

#1 Le prêt à taux zéro (PTZ+)
Le PTZ+ est un prêt à taux zéro destiné à l’achat d’une première résidence principale quasiment attribué par toutes les banques. Vous ne devez donc pas avoir été propriétaire auparavant pour espérer y accéder. Il facilite l’accession à la propriété des ménages à revenus modestes et moyens. Pour y avoir droit, les célibataires ne doivent pas toucher plus de 3 300€ par mois, et les couples avec enfants, pas plus de 6 600€. On estime donc qu’il s’adresse à 80% des ménages. Renseignez-vous, vous êtes sûrement éligible à cette offre. Mais attention, il ne concerne que l’achat de biens neufs. Et le PTZ+ ne finançant que jusqu’à 40% du montant total de l’achat, il doit obligatoirement être complété par un crédit classique.

#2 Le plan épargne logement (PEL)

Lire la suite…

 

Immobilier : ces excellents dossiers qui ont les faveurs des banques (Le Figaro)

INFOGRAPHIE – Les banques accordent des taux d’emprunt exceptionnellement bas aux clients les plus rentables pour elles, à savoir les primo-accédants d’une trentaine d’années et les hauts revenus. Même sans apport, certains peuvent obtenir un taux avantageux.

Avec leur lente mais constante baisse, les taux de crédit immobilier se rapprochent de leurs plus bas de fin 2016. Pour les meilleurs profils, c’est déjà fait. De qui s’agit-il? De primo-accédants de moins de 35 ans avec des hauts niveaux de revenus – supérieurs à 6000 euros par mois à deux – faisant l’acquisition d’une résidence principale. Ce profil a permis à trois couples habitant Château-Gontier (Mayenne), Bordeaux et Nantes d’obtenir des taux respectifs de 0,8%, 0,9% et 1,09% sur 20 ans (hors assurance), selon les taux relevés par le courtier Vousfinancer.

Lire la suite…

 

Immobilier : les Français visitent six biens et attendent près de cinq mois avant d’acheter (Boursorama)

Une étude annuelle sur les achats de résidences principales montre que plus une ville compte d’habitants, plus les acquéreurs visitent de biens immobiliers avant de trouver leur bonheur. En moyenne, la signature intervient après six visites et 4,7 mois de recherche. Mais pour se décider, les futurs propriétaires doivent souvent revoir leurs critères à la baisse.

Les Français à la recherche d’un logement visitent en moyenne six biens immobiliers avant de se décider. Entre le début de la recherche et la signature du compromis de vente, il s’écoule en moyenne 4,7 mois, indique l’étude « Parcours d’acquisition de la résidence principale : du rêve à la réalité » réalisée par le Crédit Foncier et publiée jeudi 19 juillet.

35%  des Français bredouilles après un an de recherche

La cinquième édition de ce rapport annuel, relayée par Le Figaro, note que le nombre de logements visités avant l’achat est proportionnel à la taille de la ville.

Lire la suite…

 

Immobilier locatif : bien gérer la location de son bien immobilier (bfmtv)

La gestion d’une location immobilière peut réserver quelques surprises aux propriétaires. De la rédaction de l’annonce, en passant par les visites et la gestion financière, le bailleur doit éviter les mauvaises surprises tout en respectant les lois en vigueur. Voici comment gérer au mieux sa location de bien immobilier.

Optimiser la visibilité de l’annonce de son bien immobilier

Le premier travail à fournir lorsqu’on souhaite mettre un bien en location est de rédiger et publier une annonce pour trouver le plus rapidement possible un locataire. Pour multiplier les chances d’avoir des visites, il est essentiel de rédiger une annonce efficace puis de la publier sur les plateformes appropriées. En général, votre bien immobilier se retrouvera au milieu de plusieurs autres annonces. Pour vous démarquer, il faut susciter l’envie dès les premières lignes. Pour cela, mettez en premier les éléments principaux : le nombre de pièces et de chambres, la surface, la localisation et le prix du loyer charges comprises. Ensuite, précisez si le logement inclut un parking, donnez d’autres précisions sur les commerces de proximité, les transports environnants ou la présence d’écoles dans le quartier.

N’oubliez pas d’ajouter quelques photos car dans l’immobilier plus qu’ailleurs, les visuels occupent une place centrale dans le choix des futurs locataires. Pour maximiser la visibilité de votre annonce, n’hésitez pas à la diffuser chez plusieurs annonceurs. Privilégiez les sites ou magazines les plus populaires et fiables, comme Leboncoin ou PAP, qui vous garantiront une excellente visibilité.

Lire la suite…

Immobilier : emprunter n’a jamais été aussi bon marché depuis deux ans (Le Figaro)

Le taux moyen pour réaliser un emprunt auprès de sa banque recule encore, à 1,44%, toutes durées confondues. Du jamais vu depuis fin 2016. Et pourtant, la demande de prêt se tasse. Explications.

Lentement mais sûrement, les taux d’intérêt se rapprochent des plus bas atteints fin 2016. Et dire qu’ils étaient censés remonter cette année. Toutes durées confondues, le taux moyen pour souscrire un prêt immobilier s’élève à 1,44%, selon le dernier Observatoire Crédit Logement/CSA qui souligne que le taux est «quatre moins élevé (5,62%) qu’au début de l’année 2001». «Ce sont les groupes ayant le plus besoin du recours au crédit, les moins dotés en apport personnel, qui ont bénéficié des baisses de taux les plus fortes: -0,25 points de base pour les prêts les plus longs», explique l’Observatoire.

Mais les particuliers aux revenus élevés profitent également de conditions particulièrement avantageuses. C’est ainsi qu’une célibataire, âgée de 35 ans, gagnant plus de 6600 euros par mois, a obtenu un prêt de 272.000 euros à 0,5% sur 15 ans pour l’acquisition d’une résidence principale à Reims.

Lire la suite…

 

 

Immobilier : quels sont les travaux à prévoir avant de vendre ? (Boursorama)

Si vous avez décidé de vendre votre logement, il vous faudra réaliser quelques travaux essentiels pour pouvoir le céder au meilleur prix. Pour ne pas vous ruiner dans ces aménagements, il convient de cibler lesquels entreprendre en priorité. Isolation, peintures, électricité feront notamment partie des premiers chantiers.

Commencer par l’indispensable

La première chose à faire avant même de vouloir essayer de vendre votre logement est de le mettre aux normes. C’est en effet ce que voudra tout d’abord savoir un acquéreur potentiel avant de songer à acheter votre bien. N’oubliez pas que les diagnostics de performance énergétique (DPE) sont des critères essentiels pour de futurs acquéreurs. Vous veillerez donc tout particulièrement à soigner l’isolation de votre maison. Un acheteur ne voudra pas d’un bien dont le coût énergétique est élevé à cause de fenêtres vétustes ou d’un porte qui laisse passer l’air. Si votre logement est bruyant, misez sur du double-vitrage qui isolera des courants d’air et du bruit. Votre installation électrique devra également être récente, tout comme les raccordements au gaz ainsi que la ventilation. N’hésitez pas à changer les interrupteurs, par exemple, dont le coût ne sera pas élevé mais cela donnera à votre bien un aspect récent et fonctionnel qui séduira.

Ne pas se lancer dans de gros travaux

Lire la suite…

Immobilier : qu’est-ce qu’un mandataire immobilier ? (bfmtv)

En France, les réseaux de mandataires immobiliers connaissent un grand succès depuis les années 2000. Plus flexibles que les agents immobiliers classiques et relativement moins coûteux pour les agences immobilières, les mandataires immobiliers peuvent négocier et vendre des biens pour le compte d’une agence immobilière. Un mandataire immobilier agit toujours pour le compte d’une organisation et perçoit des commissions sur les transactions réalisées.

Les métiers se diversifient dans le secteur de l’immobilier ! Si la plupart des agents immobiliers sont encore organisés sous forme d’agences immobilières avec pignon sur rue, une nouvelle tendance est apparue depuis les années 2000. Les réseaux de mandataires immobiliers ont vu le jour avec des avantages qui semblent séduire de plus en plus d’agences immobilières.

Avec des coûts réduits pour les mandants et des commissions plus élevées pour les mandataires, les réseaux de mandataires immobiliers se sont progressivement installés dans le paysage français. En 2017, plus de 20 000 mandataires immobiliers exerçaient en France et captaient entre 13 % et 15 % des transactions immobilières sur le territoire français.

Lire la suite…

 

Immobilier : Quel est le rôle d’un notaire ? (bfmtv)

Le notaire a un rôle essentiel dans la vente d’un bien immobilier. Il conseille et accompagne les vendeurs et les acheteurs pendant tout le processus de vente. Officier reconnu par l’Etat, il possède de nombreuses compétences au-delà de son rôle de conseiller lors d’une transaction immobilière. Voici les principales fonctions exercées par le notaire dans le cadre d’une transaction immobilière.

 

Le notaire : qui est-il ?

Le notaire est un professionnel juridique qui intervient dans plusieurs domaines : immobilier, familial, fiscal, patrimonial, au niveau des entreprises… Il possède donc de nombreuses connaissances lui permettant d’agir dans le cadre privé au sein de son étude. On parle alors d’officier public. Lorsqu’il est mandaté par le tribunal pour régler des droits de succession par exemple, il devient un officier ministériel. Dans les deux cas, il doit avoir une attitude impartiale. Il est présent pour conseiller les parties et constater des faits de façon objective.

Lors d’une transaction immobilière, le notaire rédige les actes tels que le compromis de vente et les authentifie. Cela signifie qu’aux yeux de la loi, ces actes font office de preuve et ne sont donc pas contestables. Tout acte juridique est ensuite conservé au sein de son étude pendant 75 ans avant d’être transféré aux archives nationales. Le notaire se charge de réunir tous les documents inhérents à une transaction immobilière et évite ainsi toute éventuelle contestation de l’une ou l’autre des parties. Le notaire veille également à ce que les parties exécutent le contrat de bonne foi.

Lire la suite…

 

Jusqu’à quel âge peut-on emprunter pour investir ? (Boursorama)

Il n’y a en théorie pas de limite d’âge pour souscrire un emprunt immobilier. En pratique, les banques prennent toutefois en considération la baisse des revenus de l’emprunteur liée à la retraite ainsi que l’état de santé, qui se fait plus précaire en vieillissant. La grande différence se fera alors sur l’assurance emprunteur dont le taux explose bien souvent pour les seniors.

Emprunter avant 55 ans

Une étude du courtier Vousfinancer révèle que si 17% des emprunteurs ont plus de 50 ans (contre 11% il y a 5 ans), seulement 4% ont plus de 60 ans. En cause, une baisse des revenus de 15 à 40% au moment du départ à la retraite qui échaude les banques quant à l’octroi d’un prêt. Après 50 ou 55 ans, les banques ne prennent en compte qu’environ 70% des revenus nets dans le calcul de l’endettement. Ceci afin d’anticiper la baisse des revenus au moment de la retraite. Les seniors sont pourtant des profils appréciés des banques. Ils empruntent généralement pour des durées courtes (15 ans en moyenne), bénéficient souvent d’un apport et détiennent des assurances-vie. Nombre d’entre eux sont même déjà propriétaires, ce qui apporte des garanties intéressantes pour les banques.

Lire la suite…

 

Immobilier : revenus fonciers et prélèvement à la source (Boursorama)

Quels sont les impacts de l’impôt à la source sur les revenus fonciers et sur les dépenses de travaux ?

Revenus fonciers et impôt à la source

Les revenus fonciers entrent dans le champ du prélèvement à la source. En 2019, un acompte sera prélevé par l’administration fiscale au plus tard le 15 de chaque mois directement sur le compte bancaire du contribuable. Ce dernier pourra s’il le souhaite opter pour un prélèvement trimestriel.

2018, année blanche : impacts pour les revenus fonciers

L’année 2018 sera une année blanche, c’est-à-dire que les revenus perçus en 2018 ne seront pas imposés, sauf revenus exceptionnels. Ceci afin d’éviter qu’en 2019, les contribuables acquittent à la fois le prélèvement sur leurs revenus perçus en 2019 et l’impôt du au titre des revenus 2018.

Les revenus fonciers sont considérés comme des revenus courants dans la mesure où ils résultent de l’exécution normale des contrats. En revanche, d’autres revenus fonciers comme par exemple les recettes foncières correspondant à des échéances relatives à une autre année seront considérés comme des revenus exceptionnels et seront imposés en 2018 au taux moyen d’imposition du foyer.

Si vous avez prévu de faire des travaux

Avec l’année blanche, la déduction des travaux réalisés en 2018 visant à diminuer les revenus fonciers ou créer un déficit foncier sera  sans effet fiscal ou avec un effet fiscal limité en présence de revenus exceptionnels.

Lire la suite…