L’immobilier porté par des crédits aux taux historiquement bas

Les hausses de prix dans l’immobilier en 2018 ont poussé les ménages à emprunter davantage, mais ils bénéficient de taux historiquement bas.

L’immobilier s’est bien porté en 2018 et a enregistré une hausse de 3,9 % des transactions l’an dernier, selon son bilan annuel. Les prix continuent de monter eux aussi : + 1,7 % en 2018, pour atteindre 2 595 euros le mètre carré en moyenne. « Nous nous rapprochons sérieusement des plus hauts constatés en 2011 avec 2 665 euros le prix moyen au mètre carré »

Seules trois régions voient leurs prix baisser : la Bretagne, le Centre-Val de Loire et les Hauts-de-France. Ailleurs en revanche, les prix s’envolent : jusqu’à + 5 % en Auvergne-Rhône-Alpes et + 7,5 % en Nouvelle-Aquitaine. Sans compter Paris, où le prix moyen au mètre carré atteint les 9 452 euros, soit 400 euros de plus qu’en 2017.

Lire la suite …

Correspondez-vous au portrait-robot de l’emprunteur type ?

Le taux d’intérêt moyen des crédits immobiliers sur 20 ans reste en dessous de 1,5%, selon le baromètre de janvier de La centrale de financement. L’acheteur type a 38 ans et emprunte près de 170.000 euros. Détails.

Il a 38 ans et emprunte 168.114 euros sur 20 ans et 9 mois. Tel est le portrait robot des personnes ayant souscrit un crédit immobilier en décembre dernier, selon les statistiques présentées dans le Baromètre mensuel de La centrale de financement, un réseau de courtage en prêts immobiliers. En détails, les revenus annuels perçus au sein du ménage concerné s’élèvent à 52.457 euros et ce dernier consacre un apport représentant 12% de son achat. 

Quand il s’agit d’acheter un bien immobilier pour la première fois, l’acquéreur type a 32 ans et son ménage perçoit 38.984 euros de revenus annuels. Le prêt s’élève alors à 148.807 euros et il est souscrit sur 22 ans et 1 mois. Lorsque ce n’est plus un premier achat, tous les critères montent (41 ans, 61.870 euros de revenus, 181.243 euros empruntés), sauf la durée du prêt qui tombe alors à 19 ans et 10 mois . En outre, la majorité écrasante des emprunteurs (82%) financent leur résidence, tandis que 17% achètent une résidence secondaire et à peine 1% réalisent un investissement locatif, toujours selon le profil type des emprunteurs de décembre.

Lire la suite …

Le régime d’investissement locatif Denormandie est-il fait pour vous ?

NOS CONSEILS – En réaction aux récents drames de l’insalubrité, le ministre du Logement, Julien Denormandie, a étendu, par un amendement inscrit dans la loi de finances pour 2019, l’avantage fiscal Pinel à l’habitat ancien des centres-villes dégradés. Explications sur le fonctionnement de ce que l’on appelle déjà le dispositif Denormandie.

1. Quels sont les biens éligibles au nouveau dispositif?

C’est l’article 226 de la loi de finances pour 2019 qui fixe les contours du dispositif Denormandie. Il concerne les logements et locaux acquis entre le 1er janvier 2019 et le 31 décembre 2021 et nécessitant des travaux de rénovation ou de transformation d’un local en habitation. Ces dépenses doivent représenter, au moins, 25 % du coût total de l’opération (coût d’achat majoré des frais, commissions éventuelles et travaux). Soit, par exemple, 75.000 € pour un budget global de 300.000 €. Les travaux éligibles, obligatoirement réalisés par une entreprise (vous ne pouvez pas les effectuer vous-mêmes), seront précisés dans un prochain décret.  Ils devraient porter essentiellement sur l’isolation, l’installation électrique et tout ce qui relève du second œuvre (plomberie, peinture…). Les professionnels espèrent que cette liste ne sera pas trop coercitive, ce qui risquerait de réduire l’attrait des particuliers pour le nouveau dispositif….

Lire la suite …